Résumé :

Un matin, sous un pont, en banlieue parisienne, on découvre le corps d'une adolescente.
Suicide ? Probablement.
En tentant de bousculer les non-dits et d'éloigner les ombres, chacun va se lancer dans la quête de sa vérité, quitte à y mêler son histoire, ses propres sentiments et réveiller des culpabilités qu'il croyait enfouies...

Mon avis :

Je viens de terminer la lecture de ce roman et je crois qu’il va être difficile d’en faire une critique correcte sans trop en dévoiler. Une seule certitude : ce roman est un vrai coup de cœur pour moi. Derrière un résumé bien mystérieux qui ne nous donne qu’un minimum d’informations se cache une très belle découverte.
L’intrigue est bien ficelée, le récit superbement bien écrit. Les personnages sont réalistes et détaillés et l’histoire fournie qui pourrait paraître compliquée, s’avère finalement fluide grâce au dosage parfait des informations qui nous sont communiquées.

Commençons donc par évoquer l’intrigue de départ : le suicide de Charlotte, une adolescente de 15 ans, retrouvée morte sous un pont. Rapidement, certains éléments laisseront penser qu’il pourrait en réalité s’agir d’un meurtre. Commence alors une enquête réalisée à la fois par le lieutenant Petit, mais également en parallèle, par une belle bande d’écorchés de la vie : Chris, ayant un lien particulier avec la victime, son amie Sarah, et le Vieux, dont l’identité restera secrète. Une enquête très plaisante qui embarque rapidement le lecteur, donnant un rythme soutenu à ce roman, et ponctuée de plusieurs brouillages de piste afin de garantir une ambiance de doute qui donne envie de tourner les pages pour enfin connaître la vérité.

J’ai beaucoup apprécié la présence de personnages authentiques dans ce roman, avançant du mieux qu’ils peuvent en portant leurs blessures, souvent enfouies profondément en eux. Je pense par exemple à Chris, ce jeune adolescent au physique d’Apollon qui porte en lui une souffrance et culpabilité dissimulée sous une belle apparence et une attitude avenante. Mais également à Béatrice, une infirmière scolaire qui fait de son mieux chaque jour pour aider des adolescents en
difficultés et qui s’avère finalement plus touchée par cette histoire qu’il ne le faudrait car celle-ci fait écho à son propre passé.

Cependant, tous les personnages sont des personnages travaillés, cohérents, ayant leur propre personnalité et leur propre univers qui ne peuvent pas nous laisser indifférents. Certains vont plutôt nous répugner ou davantage nous toucher comme ce lieutenant Petit, un homme empli d’humanité et souffrant parfois de ce que lui renvoit l’exercice de sa profession sur la nature humaine. Certains, encore, nous inspireront des sentiments ambivalents en fonction de l’évolution de la situation. J’ai beaucoup aimé le soin apporté aux personnages secondaires qui n’en sont pas moins intéressants et qui ont toute leur place au sein du récit.

Un des messages de ce récit a particulièrement retenu mon attention : celui nous rappelant l’importance de relativiser au quotidien. Celui-ci est porté par Béatrice, qui lors de ses moments de cafards, écoute la célèbre chanson de Raphaël (et dans 150 ans) pour se consoler et se souvenir que finalement les événements et nos choix n’auront pas forcément une trop grande importance si on les cantonne à ce qu’ils sont et que leur impact peut sembler dérisoire si on le considère à plus grande échelle.

«Sa méthode à elle. C’était parti d’un soir de déprime et d’un verre de trop. Elle écoutait la radio et avait entendu une chanson de Raphaël. Elle avait retenu quelques mots qui disaient que dans cent cinquante ans on ne se souviendrait pas « de la vieillesse qui prend, de leurs signes de croix, de l’enfant qui se meurt… ». Et ces quelques vers l’avaient rassérénée, curieusement, la projetant dans un futur dans lequel ses choix de vie n’auraient plus aucune importance. Dès le lendemain, elle avait acheté le disque qu’elle avait caché au bas d’un meuble dans le salon et les soirs de cafard, elle l’écoutait comme un mantra pour remettre les choses à leur vraie place et sa vie à la sienne. »

En résumé, je ne trouve aucun aspect négatif à ce roman. Au contraire, j’ai même apprécié l’absence de clichés romantiques ou de dénouements trop simplistes dans les relations entre les personnages alors que c’est que j’aurais sûrement attendu dans un autre type de roman. Ici, j’ai simplement eu l’impression d’avoir laissé les personnages à un moment de leur vie qu’ils continueront encore de leur mieux mais après avoir évolués suite à cette histoire qui aura changé leur vision de la vie.

Je remercie le forum Au cœur de l’Imaginarium ainsi que les Editions du Chemin Vert pour ce beau coup de cœur.